Le nouvel essor de l’art via le mécénat

By septembre 5, 2014Mécénat et philanthropie

De plus en plus de créatifs font appel à des industriels pour développer leurs projets et vice versa. Le monde de l’art et de l’industrie sont désormais deux mondes complémentaires. L’article de Carine Claude paru le 18 août 2014 dans La Tribune met en avant les nombreuses collaborations qui voient le jour depuis quelques années entre entreprises et réseaux culturels et créatifs via la voie du mécénat.

En particulier, le mécénat de compétence technologique est devenu essentiel à l’innovation culturelle. Le numérique est dorénavant un atout que recherchent les musées et autres centres culturels. Un exemple-clé est celui du Centre George Pompidou qui s’est lancé dans le virtuel grâce au mécénat opéré par le Groupe CGI, une multinationale de services en technologies de l’information.

Cette tendance de faire entrer la technologie au musée est générale puisque de nombreux musées ont recours au mécénat ou à l’externalisation avec les groupes industriels pour se lancer dans l’ère du numérique. Hormis l’exemple du Centre Pompidou, on peut également évoquer le cas du musée du quai Branly qui avait signé avec Faceo (filiale de Thales à l’époque) un contrat de prestation couvrant toute l’exploitation du musée, que ce soit pour l’exploitation du web, des équipements multimédias et scéniques du musée, l’accompagnement technologique ou la conservation se concentrant sur les recherches scientifiques. Le musée du Louvre a lui aussi suivi cette tendance en faisant appel à l’industriel japonais Nintendo pour remplacer son système d’audioguides traditionnels par des consoles de jeu Nintendo 3DS beaucoup plus modernes et ludiques.

Mais les rapports créatifs/industriels vont parfois dans l’autre sens, puisque l’industrie elle-même peut être à la base de la culture grâce à la haute technologie qui permet par exemple la recherche historique, la conservation et la compréhension des œuvres. Cette haute technologie aide beaucoup à la restitution des œuvres. On retiendra en particulier l’exemple de « Paris 3D » réalisé en 2012 avec le concours d’historiens et d’archéologues spécialistes de la capitale qui a donné lieu à un site Internet, une application iPad et à la coproduction avec Canal+ de cinq films sur l’histoire de Paris, ou encore le projet Giza 3D qui a permis la remodélisation 3D de l’ensemble du plateau de Gizeh, qui regroupe les célèbres pyramides des pharaons de l’Egypte antique grâce à une collaboration entre Dassault Systèmes et des chercheurs, historiens et artistes.
Le mécénat n’est donc aujourd’hui plus utilisé uniquement comme soutien traditionnel des artistes via notamment la commande d’œuvres mais constitue un levier à part entière qui associe le savoir-faire technologique de grandes industries à la créativité des artistes. Les œuvres ainsi produites sont uniques puisqu’elles n’auraient pas pu être créées sans ce partenariat.

Les fondations d’entreprise jouent un rôle majeur dans ces coproductions. En effet, afin de réunir des individus du monde de l’art et de l’industrie, des concours, bourses et surtout des festivals d’expression numérique se multiplient, et parfois sous l’initiative de fondations comme par exemple la Fondation JeanLuc Lagardère qui a lancé la bourse Créateur.

Pour plus d’informations :
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/tourisme-loisirs/20140818trib000844806/creatifs-et-industriels-la-ruee-vers-l-art.html

Sur le même sujet :
Lorsque les particuliers deviennent mécènes de projets culturels
Impact et évolutions du mécénat en France
Culture : de nouveaux moyens pour développer le mécénat culturel
La montée en puissance du mécénat populaire

Faciliter la gestion de projets impactant depuis 2011.
Optimy est le logiciel le plus orienté clients pour la gestion des projets de mécénat et de sponsoring.
Collectez les demandes, sélectionnez-les et gérez tous vos projets dans un outil unique et centralisé.

COMMENCER